14213922966_379b4837fb_b.jpg

 

5502023.jpg

Le viking admirait autour de lui le désastre .

Sa maison brûlait son monde était mort . Tous autant qu'ils étaient, ils avaient tout voler au grand guerrier . Par jalousie, envie et petitesse.

L'homme rentrait de la pêche un tas de poisson pendait au bout de son bâton . Ses yeux luisaient de surprise . Éclairés par le brasier .

Mais aucune larmes montèrent, aucune tristesse d avoir tout perdu, d'avoir été trahis et lâches par ses frères . Au contraire sa légende pouvait enfin s écrire . Un sourire magistral se déploya comme une voile sur son visage abrupte .

Il se savait observer . Alors il posa le fruit de sa pêche sur le sol puis disposa ses mains devant le brasier de sa maison mimant de se réchauffer . Puis il vida un de ses poissons le piqua d'une brindille aiguisée et fit chauffer son repas tout en entonnant un chant guerrier qui venait de ses tripes .

L'amour des siens était terminé . Il avait toujours su que son clan n'était que foutaise . Qu'une belle bande de peureux jouants aux grands hommes . Chaque nuit il s'endormait avec la frustration de ne pas les avoir tous égorger.

Un monde de lâches jalonner d'échanges faux . Tous ces gens qui avaient composer son village son cœur son engagement jusqu'à la mort l'avait trahis . Il s'en sentait soulager . Ils étaient faibles et pas digne de lui. Dans ce monde seuls les fort pouvaient survivre et mériter l'attention des dieux . Les autres ne sont que des lâches qui ne savent que détruire avec subtilité manipulation .

Il réclamait vengeance son épée été assoiffée de sang, elle qu'il avait ramassée rougeoyante dans les cendres fumantes de sa maison.

Sa main brûlait presque incandescente la fumée s en dégager, tortillant vers le ciel

Ils lui avaient briser le cœur en même temps que ses chaînes celles de se donner à un clan indigne de lui . Maintenant sa légende était en marche un viking qu'on avait tué, qui maintenant ne pouvait plus mourir .

Il pouvait se contenter de lui même et ne plus jamais donner son épée son âme et sa dévotion qu'à ses dieux.

sa légende commençait à ce point zéro . la déchéance de ses ennemis avait un compte à rebours, un mouvement de sablier qu'un s'enclenchait maintenant .

Eux ou moi les dieux choisiront je gagnerai mes batailles jusqu'à la mort . Je vais mourir debout . Femme enfant gentils animaux crapules je tuerai tout le monde qui se mettra d'une façon ou d'une autre sur mon chemin .

Le viking entama en haut de la montagne un mois de jeûne et se purifia de toute sa vie d'avant éjecta tous ses souvenirs tous ses espoirs ses peurs ses malheurs ses envies ses bonheur . Le vent du Nord balaya en lui toute son identité . Et lui remis la blancheur des nobles qui reparte à zéro . Il jeta ses vêtements son épée ses livres. Les lettres qu'on lui avait offert mises dans des coffres en terre . Il se débarrassa de tout effaça tous les visages . Se souvenant presque plus de son propre prénom

Seul son nom de guerrier raisonné encore dans son esprit . Laver prêt à repartir de zéro, le combattant s'évapora dans la brume du petit matin redevenant personne

Seule la colère le maintenait en vie .

L'insoumission des hommes oubliés, insultés par la respiration saccadés des petits hommes qui se réclamait des terre de Norvège et des confins de l inconnu .

Paradoxalement il était prêt enfin à mourir pour mettre fin à sa vie de guerrier éreintante . Il attentait que les dieux le prenne à la guise d'un coup d épée ou d'un coup de hache éjecté dans son dos . Mais une chose était sûr il aller mourir vite jeune mais debout .

emporter par une overdose d'avoir trop vécu

Rolon le viking laissa alors derrière lui tous ceux qui l'avaient déshérités, oublier et rejeter
pour être accueillis bras ouvert par l'empire des Francs
Facebook Comments