1) Ouvrir la boîte de pendor

 

Je vais vous enseigner a être dépendant seulement de votre propre indépendance.
Grace à une méthode que j’ai soulevé de la terre, façonnée par les heures qui se sont suivies pour la rendre parfaite.

C’est une méthode guerrière et combative qui demande une totale implication de votre part pour qu’elle vous change complétement.

oubliez la méthode peace n love langoureuse, je parle de celle que vous aviez cru la bonne.
Celle-ci ne vous portant que lors de rares moments d’inspirations.

Je vous offre l’état d’être enfin vous même, léger comme une plume et solide comme l’acier.

 

 

 

 

2) Viseur sur le bourreau

Tout d’abord revenons sur l’ancien mécanisme que vous utilisiez pour essayer d’arriver à planter un drapeau vainqueur sur le sol de vos objectifs.

.vous commencez quelque chose, avec un entrain revigorant. Les idées ne manquant pas, se bousculant à la vitesse de la lumière, vous les notiez avec avidités, pour éviter quelles ne percute l’oublie. Vous sentez cette force créatrice vous envahir et à ce moment encore, vous ne doutez pas que vous allez y arriver.

. Puis vous vous mettez à spéculer, sur ce que votre objectif vous apportera dans cet avenir tangible, que vous sentez solide, de toute votre âme féconde.

.Vous relevez vos manches, sans plans, ni organisation, vous laissant guider par les premiers jets naissants de votre inspiration. Pendant quelques dizaines de minutes, vous vous oubliez, les images précises, se dessinent de vos mains et les premiers balbutiements de votre projet prend forme. Votre enthousiasme alors est au plus haut, vous sentez cette énergie folle, ce bien être rassurant d’être capable de créer sans dépendre de personne.

.Le brouillon de votre projet est donc couché sur du papier et là vous devez affiner, ajouter des détails, mettre en organisation des étapes à suivre pour ordonné votre capacité de travail, là il commence à vous apparaître comme un immense chantier, votre cerveau vous livrant d’un seul coup : boulons, tiges filetés et gros œuvres. Vous ne savez plus par quel bout commencer. Commence alors la fuite, votre énergie s’enfuit et vous n’avez plus qu’en tête les obstacles qui s’accumulent et qui vous embrume complétement. Vous ne savez plus où donner de la tête, votre corps ressens l’anxiété le stress qui monte.

.Votre entrain à fini par vous fuir et là vous vous dites, je devrais faire une pause et je vais y revenir. Mais la pause s’éternise, votre objectif devient maintenant une hantise, une sale bête insoumise, qu’on garde dans le placard le temps de trouver une pensée miracle qui pourrait la domptée. Alors par moments vous vous y remettez. Mais jamais plus de cinq minutes. Entrecoupant vos séances par du divertissement, des séries télés, des sorties, de la bouffe, des clopes et j’en passe. Votre esprit ne veut plus collaborer tellement la tâche s’avère difficile.

. Doucement, vous sentez une peur panique vous remplir, c’est le mécanisme vicieux dont on vous a piégé, qui verrouille vos capacités.
Celui-ci résultat d’un conditionnement que j’expliquerai dans un nouveau point plus bas. La seule réponse conditionnée à cette résultante et donc de consommer ou d’agir en réalisant des actions qui réduisent votre personne. Comme un coup de bâton que vous vous infligez sans le savoir.

.vous finissais par culpabilisés, par perdre confiance en vous.
Mais ne complexez pas, tout va bien, c’est une réponse induite, dont vous n’êtes pas responsable.
Nous allons retoucher cette ligne de programmation.
la confrontation avec le nouveau, le brouillard sombre du chemin jamais fouler vous fait douter maintenant de tout.

.A cause de ces objectifs qui devaient vous libérer, voilà qu’ils vous encombre. Vous rendant anxieux, triste, désespéré. Vous finissez par abandonner, puis reprendre à nouveau portée par une musique, un discours, une vidéo motivante ou une bonne soirée passée avec vos proches. Puis tout retombe à nouveau.  vous, par terre, semblable à l’enfant courant nu après Hiroshima, enfermé  dans cette meurtrissure d’esprit.
ressentant votre entaille profonde, que vous vous torturer à toucher, à gratter et tout fini par vous blesser encore plus.

.vous entrez alors dans le processus de l’auto destruction, de la fuite par la consommation à outrance, par l’esprit qui perd concentration en vous auto détruisant, auto dénigrant par des comportements juvéniles, des discussions stériles, à refaire le monde avec vos proches, à partager ensemble autour d’une grande table, cette impuissance, cette émotion de n’avoir aucune prise sur la vie,  pour mieux la supporter ensemble. Vous perdant dans les autres, un de ces comportements nocif, qui vous détruit et agit en réaction en chaine, vous le domino, qui pousse d’autres dominos, qui par leur triste léthargie, provoque des catastrophes et regard froid sur le reste du monde…

Puis vous voilà prit dans le piège de la procrastination. Vous finissez par laisser tout en plan et remettre à demain, à plus loin, à retomber dans le piège de vous dire que vous êtes éternel, que vous y arriverez bien un jour …
Voilà le mécanisme qui vous tient. Il était important que vous en voyer sa substance, son mécanisme pour pouvoir le changer.

les gens critiquent et vivent d’autodestruction et d’overconsommation en entrainant le reste de l’humanité avec eux vers le cauchemar abyssale .Car ils sont frustrés de ne pas réussir leurs objectifs. Quand tout fonctionne, que la créativité est de notre coté, on se sent bien on est en plein éveil et on a envie de faire monter les autres avec nous, c’est la clé a la sérénité du monde. c’est l’étape essentielle pour passer a l’aire nouvelle, pour découvrir le feu, pour passer au prochain paradigme. celui de l’homme transcendant libre d’explosé de toute sa créativité. Elle est là la solution a toutes les catastrophes que nous expose le monde.

si le monde va mal, c’est par ce que les hommes on laisser rouiller sur l’air de jeu leurs aspirations d’enfants, adoptant comme nouveau jouer le pessimisme car parait il c’est ça grandir et être responsable.

Voilà pourquoi le monde est si laid, car l’on vous a privé de vos capacités à interagir avec la matière depuis le berceau. Mais la bonne nouvelle à tout ça, c’est que la solution a la sérénité du monde n’est pas qu’une utopie. La vie est un puzzle, dont vous êtes un morceau. Tout n’est que mécanisme, comprenez le. Pas de panique, je vais tâcher de vous donner la notice de ce casse tête au final, pas si insurmontable.

j’ai tâche de vous apprendre à coudre votre propre bannière, et vous affranchir d’une technique, pour  vous parer pour le combat.

 

pour vivre vos objectifs, vous devais commencer par vous libérer, car vous êtes pour l’instant comme lié par des chaines pesant leur quintal saillants vos poignets et vos pieds, avec ça vous n’avancerez jamais, c’est bien trop fatigant. vos objectifs sont gardés en otage sur votre terre, votre royaume, que ce mécanisme, ce roi ennemi à prit de sa bannière, vous devez le combattre et le mettre en déroute pour reprendre votre trône, et là bas vos fidèles sujets sont vos objectifs, qui seront prêt a vous servir quand vous aurez gagné. Là ils se réaliseront tout seul, d’une traite, sans que vous n’ayez besoin de rien faire. Tout sera simple et  limpide.

3) Mettre définitivement fin a la misère de l’homme

Ceux qui clament avoir des solutions ne veulent pas que vous soyez libre totalement, sinon ils ne pourraient plus rien vous vendre. Je pense à tous ces coachs, ces leaders d’opinions. Ces vendeurs de promesses, tous ces gens qui se placent plus hauts que les autres, sans jamais l’avouer. Ce ne sont que des gens qui vivent de la détresse du monde. Ils sont la plaie de cette société.
ils vous donne des outils émoussés que vous devez venir aiguisé régulièrement chez eux pour qu’ils fonctionnent.

Je hais tous ces cafards et je vous promet un coup d’insecticide dans leur fourmilière grouillante, en rendant caduque la détresse humaine. Je vais m’employer à foutre au chômage technique tous ces profiteurs.

Remarquez d’ailleurs pour les plus râleurs et hater qui passeraient par ici, que je développe ici ma technique sans avoir à me balancer une seule pièce dans le bonnet pour pouvoir l’utiliser.

certes je suis affairiste et j’aspire à faire fortune pour ne plus avoir à faire le larbin et pour vivre d’aisance, mais je veux atteindre mes envies de grandeur de la meilleur des manières, sans exploité, sans mentir, sans me jouer de la détresse.

La mise au point étant faite sur les valeurs auxquelles je suis sensiblement attaché, vous trouverez un pdf payant en complément de cette technique développé ici. Celui-ci sera plus complet, détaillé. Il y aura plus de bla bla et d’analyse.

Mais une fois encore, vous n’avez pas besoin de vous le  procurer  pour que vous maitrisiez complétement la technique, tout l’essentiel est ici !

4) Qu’est ce que j’y gagne au final, à vous la transmettre ?

Mes objectifs ne sont pas altruistes, même si je vise le but de vous donner un coup de main pour atteindre la légèreté.

Ce monde a besoin d’urgence, de gens forts et libres pour adoucir le monde et le rendre plus vivable, je le fais surtout pour moi. Car je veux changer d’aire, respirer dans la nouvelle, celle transcendante ou la richesse créative s’épanouit partout. Car j’ai un appétit pour la découverte que je ne peux assouvir temps que ce monde sera gouverné par des gens éteins, sans saveurs, des bouts de chaires fraiche putrescente

mon but n’est pas de créer des humains hippy qui vivent d’amour et d’eau fraiche, qui crient l’amour à tous les coins de rue pour esthétiser à nouveau le monde.

Mais mon but est de révéler à eux même, des empereurs en puissance, des combattants qui prendront les armes créatives  contre ceux qui asservissent le petit, le faible, qui avilissent la beauté des âmes, je veux des combattants prêt a mourir de leur jeunesse pour garder à tout prix ce monde ouvert. Je veux des francs-tireurs qui snipe de leur énergie nouvelle, ces immondes, qui anoblissent la laideur et le vice sous toute ces formes. tout cela au final n’est qu’une bataille des dogmes et des cultures.

Je ne peux pas être le seul empereur à mener bataille, malgré ma mégalomanie galopante.  voilà pourquoi tout ce plan n’est pas altruiste, je manque juste de francs tireurs, de franc guerriers prêt chacun de leur bannière a conquérir noblement le monde pour le maintenir en paix.

5) genèse de ce bridage mécanique

a. D’où vient ce mécanisme

Je ne saurais dire exactement depuis combien de lunes ces chaînes opèrent sur l’homme. Par contre l’on croit à tort, qu’il est un héritage de naissance. Que la faiblesse, le désespoir doivent forcément faire parti de nos bagages.
Je reviens de très loin, je n’ai de mots précis pour le narrer.
Par nombres d’épreuves impossibles j’ai réussi à comprendre, à voir au delà du sac de noeud, comment cela fonctionne . Je me dois de partager ce qui je le crois, peut transcender le monde.

Il est de connaissance, que le mental est plus fort qu’on ne le croit. Tout le monde nous le rabâche sans cesse, mais ce qu’ils oublient toujours c’est de nous donner le trousseau de clé pour qu’on lui puisse nous aussi en jouir. Ils se gardent bien de dire tout ce qu’ils savent. Et pour ça ils paieront puisque le monde finira j’en suis certains par se libérer, quand les hommes auront conscience de leur force. Avez vous réussi à vous sentir totalement libérer de ce mal être qui semble coller à la chaire, revenir sans cesse comme de furieux acariens ? Par salves oui peut être mais on le sait tous, ça ne dure jamais avec ces vieux mécanismes.

b. par qui et dans quel but cet automatisme maudit?

depuis la naissance, dès notre premier souffle, les hommes malgré eux nous ont posés les premiers petits bracelets de prison. Faut dire que ce mal complexe n’a jamais eu de nom propre à ma connaissance, qui puisse lui coller un matricule et l’éjecter complétement de nos consciences.
Je peux seulement vous dire qu’il a prit racine par toutes sortes de poisons.

.à l’école par l’éducation des parents qui ont fait en miroir ce que l’on leur a apprit, croyant pourtant bien faire.

.par le langage courant, par la culture populaire,

.par ceux qui veulent garder la main mise sur nos précieuses âmes.

Pourquoi ne veulent ils pas que l’on grandisse ? Vous êtes vous déjà poser cette question ?
pour nous empêcher d’être puissant, ils ont tout fait pour qu’on ai peur de nos capacités, eux qui aiment tellement se sentir supérieur à nous. Je parle des biens nés, de ceux qui tiennent le monde, je ne leur mettrai pas une étiquette, on est au delà de la chaire, au delà des individualités. Je parle du paradigme qui laisse naître ce genre de comportement. Il suffit de le changer, d’en changer sa substance et vous verrez que tout se déverrouillera aussi simplement qu’on dénoue ses lacets.
Je ne combat pas ces hommes, je veux les déposséder de leurs armes. C’est bien plus efficace.
Toutes ces expériences de vie conditionnés nous ont apprit à croire que :

.La fatigue
.Les douleurs physiques et morales
.Les peurs de toutes sortes
.Les addictions relationnelles, chimiques etc
.Ces pensées qui vous harcèlent constamment en vous dénigrant

Ne peuvent pas être transcender simplement.

En fait cet échantillon de maux cités plus haut, font parti de ces barrières que l’on a diaboliquement conditionnés dans la mémoire de l’humanité.

En vérité, l’on peut très facilement travailler en surmontant la fatigue, en oubliant même de manger. A ne jamais perdre une seconde de concentration dans la réalisation de nos objectifs. Atteindre ce nirvana, ce silence intérieur qui vous rend totalement libre d’agir.
C’est une vérité simple que l’on a perdu noyée dans des raisonnements complexes, des enchevêtrements de réflexions froides qui nous encombre à nous faire oublier de vivre.

 

Vous avez peut être déjà entendu cette histoire :

Voyez l’éléphant, majestueux, imposant, fort qu’il pourrait avancer en roi sur le monde. Et pourtant, on le gare comme un clébard, accrochant une simple cordelette en guise de laisse autour d’un mur porteur d’une petite bicoque en bois. Ce grand roi pourrait tirer facilement dessus, faisant casser au choix la corde ou les tuteurs de la case. Et pourtant docile, soumis, il ne s’enfuit jamais, n’essaie même pas de tirer . Mais comment c’est possible ?

Les éleveurs d’éléphants, glisse à leur pachyderme juvénile une corde franche et dure pour limité leurs mouvements. L’éléphant grandit une grande partie de sa vie avec. Puis quand celui-ci devient un géant de puissance, on abandonne la corde,  pour une simple petite ficelle. Le conditionnement est tellement présent, que la chaîne vit maintenant dans son mentale, celui ci lui laissant l’illusion de voir des cordes de fer le tenir de toutes pars

 

 

4) La délivrance : la technique

Avant de pouvoir conquérir le monde, vous allez devoir recalibrer votre cerveau, débrider vos capacités.

a. métaphoriser votre conditionnement

 Le cerveau adore interprété ce qu’il reçoit, il n’aime pas l’abstrait. Vous devez donner matière à ce qui vous fait du mal car les analyses froides ne sont pas parlante. C’est l’âme créative qui en viendra à bout et non l’esprit froid, conventionnel.

Donnez à cet ennemi un visage médiocre, une voix pathétique.

Ce conditionnement millénaire en vous, voyez-le comme un empereur qui veux vous asservir.
Vous devez être habité par la haine, la colère de vouloir le tuer. Plus rien d’autre ne doit vous intéresser. Tout ce que vous devez vouloir, c’est le mettre à mort. Car c’est lui qui détient votre assurance, votre liberté, vos objectifs. Tant que vous ne l’aurez pas repousser de votre château, il vous asservira et vous n’arrivez jamais à rien accomplir et vivrez avec ce gout amer de la frustration de n’être pas totalement vous même.

b. L’état d’esprit dans lequel vous devez être.

vous devez etre habité par la haine, le sentiment d’injustice devant lequel vous devez absolument vous le lever. Cet ennemi, roi illégitime profite de vos forces, il veut vous condamné a la faiblesse, l’indignité, a la petitesse. Vous devez le vivre comme un affront, comme une insulte. Cette force de révolte doit totalement vous habiter.

c’est lui qui vous vole tout, dans chacune de vos actions vous tué ses soldats, et à la fin il n’en aura plus assez pour vous attaquer.
mais c’est une bataille à livrer chaque jour, vous devez tuer le moindre petit soldat qui reviendra une fois que vous aurez gagner du terrain, car il ne cessera jamais de livrer bataille pour tenter de vous reprendre le trone. mais ces assauts seront toujours que faibles, si vous ne les laissés pas se reformer.

a chaque action faite c’est une bataille gagnée contre lui du coup vous vous renforcer.

porter le focus que sur cet ennemi. C’est lui la cause de tous vaut maux absolument tous,mettez fin à son règne est l’unique solution à tous vos problèmes qui seront résolu d’un seul coup.

 

 

b. le qualibrage

Dressez une liste d’objectifs qui vous paraissent impossibles mais qui peuvent s’accomplir rapidement. ensuite tapez dedans, cela fera perdre de large bande de terrain a votre ennemi. Laissez pour l’instant de coté vos objectifs a long terme, vous vous y attellerez quand vous aurez gagner du terrain.

A chaque fois que la flemme vous guette, ne serait ce que la flemme d’aller vous laver les dents, de sortir les poubelles. Dès que vous entendez la petite voix qui vous dit que vous ne pouvez pas le faire, foncez tête baissée et faite le. rien que cela vous redonnera des bulles d’air, de l’assurance, vous vous nourrirez alors de l’énergie de cet ennemi, tout en amenuisant sa force à lui. (mettre le passage de ennemi detat quand il dit quil se renforce) (parler de la metaphore avec le jeu ou tu avales des points pour grossir).

Enchainez les réussites. Elles deviendront ensuite comme une seconde nature, un nouveau reflexe. Plus y arriverez plus agir sera simple.

Un petit exercice :

Fixez vous un seul objectif pour tâter l’eau de vos pieds avant de sauter dedans.
Il faut qu’il vous paraisse impossible. Tenez vous y bec et ongles. Vous vous sentirez respirer, une bulle d’énergie nouvelle… Tous les objectifs qui seront du même acabit que vous vous êtes fixé seront faciles à exécuter.  Donc c’est ce que j’appelle « débrider » un objectif.

Une fois que vous sentirez :

. un enthousiasme puissant que jusqu’ici vous ne vous connaissiez pas
. une sensation de fierté, d’assurance.
. Une créativité explosive
. Que vous arrivez à vous concentrer sans vous focaliser sur vos échecs et vos réussites, en oubliant fatigue et peur.

Alors seulement à cet instant, vous saurez que votre calibrage est terminé. Vous pourrez donc ainsi passer à l’étape suivante.

 

C. l effet gainant

.Augmenter petit à petit la difficulté, les champs de batailles. Plus vous ressentirez de la tension, de l’effort, plus cela vous marquera intérieurement. C’est comme faire bosser un muscle, pour qu’il prenne de la masse, il faut des séances ou l’effort à fournir incite au dépassement. Vous gagnerez en force et confiance, faites le en utilisant les outils que je vous ai donné jusqu’ici.

Devenez prolifique, omniscient

 

 

c. Confrontez vous aux mirages de l’ennemi.

Ces cordelettes parlons en.

.La fatigue
.peur du regard des autres,
.peur de ne pas vous remettre si vous vous donner totalement a quelqu’un et que ca cesse
.peur d’avoir mal
.peur de l’engueulade
.l’envie de laisser tout tomber

toutes ces cordes vous font croire qu’au bout de celle ci il y a la souffrance puis la mort. Alors que se cache derrière la libération, le second souffle. Faites en sorte de vous fixez des objectifs qui vous confrontes à ces mirages et regardez les bien en face, ne lâchez pas et vous verrez qu’au final vous n’avez peur que de leur image, qu’en fin de compte, ils n’ont aucun pouvoir, aucune substance et la cordelette cèdera.

Soyez en certains l’humain n’est jamais fatigué, n’a jamais mal, ne désespère jamais. Ce sont de fausses informations. L’homme est constamment créatif, actif et vivant. Il doit maintenant récuperer son essence.

 

 

Ce sont de fausses images qu’envoie l’ennemi, ce sont ses mirages innofensifs, seulement des pétards qui veulent impressionner par les forts décibels. Ils n’ont que le pouvoir que l’on veut bien leur donner …

 

d. faites taire la voix de l’ennemi.

Tu ne peux pas le faire, tu vas te ramasser, tu vas souffrir. Tu es minable, tu ne mérites pas d’être aimé. Tu n’es pas mieux que untel … Voilà ce qui berce vos oreilles.

L’astuce, quand vous entendez une de ces phrases, dans la même seconde, dites vous intérieurement son inverse. « Tu ne peux pas le faire = ta gueule, je peux le faire avec excellence »

 

 

c. Les pièges de l’ennemi à connaître

 mettre photo de mine a coté dun point, dun trou avec des piques en dessous etc

 

. ne faite pas ces objectifs pour ce qu’ils peuvent vous apporter, mais comme un pretexte pour porter des coups vengeur et libérateur sur votre ennemi. Sinon vous allez vous perdre dans l’envie de posséder, de reussir, mais comme vous ne pouvez pas obtenir dans l’immédiat ce sur quoi vous travaillez, alors vous finirai frustrer. Soyez seulement concentrer sur cette seule vérité : mettre à mort votre ennemi pour obtenir ensuite tout ce que vous voulez.

J’aime cette métaphore : le vif d’or dans Harry Potter : ne vous concentrez pas sur la partie de Quidditch, sur les points à gagner, seulement juste d’attraper cette petite balle pour mettre définitivement fin à la partie, pour pouvoir vous asseoir a nouveau sereinement sur votre trône et enfin gouverner avec aisance vos actions.

ne vous focaliser plus sur vos objectifs, sur le but a atteindre oublier ce vieux concept de coaching ou il vous faut toujours des mots, des excuses pour agir, toujours des mots, toujours quelqu’un d’autre a coté pour vous sentir fort. vous l êtes déjà naturellement.

 

les objectifs ne sont qu’un prétexte, oubliez tout  qu’ils peuvent vous apporter. vivez d’un focus extrême sur votre bataille et sur rien d’autre.
Alors vous ne serez Jamais toucher par l’échec. Ne savourez pas non plus vos victoires, c’est comme vous inventer des bords, mettre des limites à votre potentiel. Soyez toujours insatisfaits. Cela vous rendra prolifique et jamais dépendant de rien.

Une petite astuce d’esprit pour éviter ce piège :
Pour vous mettre dans vos objectifs, voyez le comme un immense bout de pain.
Et vous n’êtes qu’une petite fourmis qui veut ramener l’immense montagne dans son terrier.
Vous ne pourrez y arriver qu’en l’émiettant, quand séparant chaque grain de pain un à un. abstenait vous de penser a sa grandeur a son immensité. Dite vous plutôt a chaque voyage qu’il faut faire pour ramener un grain : Oui je suis capable de faire ce voyage et prouvez vous le, tout en gardant en tête que ca fait du mal à votre empereur ennemi.

regardez votre objectif et dite vous : quelle petite action je peux faire là maintenant, et réopérer encore et encore jusqu’à complète réussite.

Ne visez pas l’objectif de vous sentir bien, pour commencer à avancer.
vous devez accepter la fatigue, la laisser vous parcourir. Prouvez vous que vous pouvez agir même quand elle est là. vous finirez par ne plus  la sentir, pas qu’elle n’existe plus, mais vous y serai habituée.

c’est comme l’on admire la belle vue d’un appartement, quand on vient d’y emménager.
Puis au bout de trois semaines, elle fait partie du quotidien et elle ne saute plus aux yeux.
gardez toujours conscience de cette fine nuance, elle est très importante.

 mettre photo de mine a coté dun point, dun trou avec des piques en dessous etc

 

b. Ne jamais s’arrêter dans l’application de ses objectifs.

Vous devez foncer tête baissée en chien fou. Aller y en faisant n’importe quoi, sans vouloir contrôler, sans vouloir que ça soit parfait. Allez y à l’instinct Par la pratique, sans vous prendre la tête, votre travaille s’affinera. Pour atteindre l’excellence dans ce que vous faite, ne cherchez pas à viser la perfection d’une traite. Mais plutôt de retravailler, retoucher, sculpter à ne vous arrêter, que quand vous sentirez que c’est parfait, que ca vous plait. Ainsi vous évitez le piège de la frustration.

c. c’est inévitable vous perdre, vous trébucherez.

Cet ennemi vous fera trébucher. Il vous fera parfois céder. Cela arrivera de nombreuses fois, acceptez le. Mais restez dans l’arène encore et encore.

 

c. Devenez mégalo, visez au delà du delà.

Personne ne réalisera vos objectifs pour vous, vous êtes donc le seul à pouvoir croire en vous même. Donc il faut vous

ce n’est pas de la supériorité, de la vantardise comme les aigris appellent ça. Non en visant la grandeur, vous vous autorisez a être unique, à autoriser votre créativité à se déployer en vous fichant du regard des autres, qui eux adoptent l’echec comme choix de vie. Ils enrobent cette vérité en disant qu’ils sont conformistes, simples, humbles, digne. Moi je ne vois là dedans que de la peur et de la jalousie pour ceux qui travaillent à vivre leur grandeur.

L’énergie s’attire, si vous entretenez le pessimisme, c’est ce que vous récolterez. Fuyez la banalité, couvrez vos murs de choses qui vous rappellent vos objectifs, écoutez des musiques positives, fuyez à toute jambe tout ce qui peut vous tuer votre créativité. Les gens autodestructeurs, les postes sur facebook culpabilisants. Gardez en tête que vous voulez être le meilleur dans ce que vous faite et c’est cette énergie que vous attirerez. Tout vous réussira.

Ne baisser jamais les bras.

parfois vous lâcherez, tomberai dans ses pièges, il gagnera quelques batailles, mais ne culpabilisez pas si vous avez craquer, pas réussi, si vous avez glander. chaque bataille se rejoue à chaque seconde, accordez vous le droit de tomber, d’être touché de perdre des batailles. Mais gardez cette combativité de vous remettre en scelle malgré la force des coups de l’ennemi. si vous restez concentrer, avec l’idée en tête que vous êtes l’empereur de votre esprit, le maître légitime de vos mouvements. Faites le serment pour vous même de combattre a chaque seconde jusqu’à atteindre cette paix intérieur, qui je vous le promet arrivera très vite. Si vous pouvez accepter ces quelques vérités et les faire votre,
alors vous avez déjà gagner. car se trouver dans l’instant du combat vous rend déjà vainqueur. Votre ennemi lui ne pourras pas être aussi déterminé que vous donc, par la force des choses, vous sortirai vainqueurs.

b. ce que la technique va m’apporter

Une fois que vous aurez repris le dessus tout vous paraîtra plus simple, léger et facile .

Quelques symptômes de la guérison :

.Vous serai sur de vous, plus aucun démon ne viendra vous malmener sur les chemins du succès.
sur les sentiers de l’inconnu.
.Une sensation de bien être constante.
.Vous ne dépendrez de plus rien ni personne.
.Le doute ne vous habitera plus, vous expérimenterai au lieu de vous inquiéter du mauvais qui pourrait arriver.
.Une force immense, une sensation de légèreté comme si vous vous étiez délester du poids sur vos épaules.
.Sensation de fierté
.Votre créativité explosera tout autant que votre enthousiasme, plus rien ne vous paraîtra impossible, vous vous concentrerai sur les solutions plutôt que les obstacles.
. La petite voix qui vous disiez que vous êtes incapable chuchotera faiblement au lieu de vous hurler dessus.

. Vous serez capable d’aimer. D’aimer vraiment. Car vous n’aurez besoin de personne. Vous aimerez de passion. Plus par besoin, pour oublier vos maux, vous aimerai par choix, décidant à qui vous vous donner, sans jamais dépendre de cette personne, ce qui rendra vos rapports transcendants et saints.

 

 

 

Facebook Comments